Filmer aujourd’hui avec une caméra ou un appareil photo HD ?

Apparus dans les années nonante, les appareils photo HD ont de plus en plus la cote dans les milieux audiovisuels. Mode ou véritable révolution technologique ?

Au point de vue de l’image pure, la qualité des uns ou des autres est semblable, mais on se retrouve avec des cachets visuels différents : la profondeur de champs plus importante des caméras permet de faire des mises au points plus subtiles, notamment au niveau du peaking. Subtilité qu’il est difficile d’accorder avec la petitesse de l’écran des appareils photo numériques, notamment pour des plans larges. De plus, lorsque l’on panote ou filme une image rapide, il peut arriver, pour les appareils numériques bas de gamme, que les lignes verticales soient déformées. Enfin, les caméras permettent toujours des zooms plus fluides et des possibilités d’autofocus. Cependant, les appareils photo numériques disposent de leurs avantages propres : ils sont supérieurs pour une utilisation en basse lumière, ont un grain lisse, disposent de capteurs 35 millimètres et permettent de changer les optiques. Enfin, ils permettent plus de subtilité en terme de réglage manuel en mode photo.

Un des gros inconvénients pour les cinéastes souhaitant utiliser un appareil photo est la prise de son. En effet, ils ne disposent pas de prise de son directe, ce qui oblige à faire des claps, assez inconfortables en cas de documentaires ou lorsque l’on doit filmer vite. Il existe néanmoins divers accessoires à brancher sur les appareils photos numériques, ainsi que des programmes informatiques (dont Magic Lantern qui est gratuit) qui leur ajouteront des fonctionnalités en vidéo et en son.

La petite taille des appareils photos numériques les rend plus pratiques lors de tournages dans des lieux confinés ou lorsque l’on a le besoin d’avoir du matériel discret, (en cas de documentaires, par exemple, où les personnes ont tendance à agir plus naturellement devant ceux-ci que devant une caméra). Cependant, on ne peut les mettre à l’épaule et filmer à bout de bras s’avère vite inconfortable, sans parler de la stabilité de l’image qui risque vite de s’en ressentir. On peut dans ce cas y rajouter du poids.

Au niveau du stockage, les deux cartes mémoires des caméras leur permettent une utilisation quasi infinie là où les appareils numériques ne disposent pas des fichiers de plus de douze minutes et demandent des cartes mémoires de bonne qualité pour pouvoir encaisser la HD.

Le prix reste évidemment le facteur qui fait peser la balance du côté des appareils numériques, leur permettant aussi des utilisations dans des situations où l’on ose prendre des risques pour son matériel (pour filmer des crashes de l’intérieur, par exemple).

Petit coût, bonne qualité, esthétique particulière, maniabilité font des appareils photos numériques des instruments de plus en plus incontournables dans le monde de l’audiovisuel. La présence conjointe des deux systèmes pousse leurs concepteurs à évoluer dans leurs domaines en les faisant évoluer en parallèle. Pour notre avantage à tous.

Merci à Jean-François Metz pour ses lumières

 

Texte paru initialement sur le blog de TechnocITé.